Dans un délié de rythmes lents et aquatiques, une suite de rémanences chorégraphiées fait peu à peu émerger des profondeurs un Léviathan tentaculaire. Une prêtresse mystérieuse inoque l'esprit des eaux profondes, qui peu à peu s'éveille et dans un espace parallèle, épanouit sa fièvreuse intrication avec elle.

Allégorie de l'eau et de la nuit, aspects féminins de la Nature, ce film met en avant l'origine commune de toutes les formes vivantes, l'océan.

 

In a nimbling suite of rythms, a choregraphic afterglow slowly educes a tentaculous Leviathan out of the depths. The mysterious female dancer invoques the spirit of the deep waters, which awakes in a parallel and unknown location, and spreads its feverish intrication with her.

As an allegory to those feminine aspects of Nature, water and night, this video highlights the common origin of all life forms, the ocean.

 

La forme expérimentale au cinéma se rapproche de la peinture, d'un art qui prend son sens à mesure qu'il se fait. Les idées d'origine sont le moteur d'une œuvre qui devient peu à peu indépendante, et ne ressemble plus beaucoup à ses impulsions initiales.

La musique créée par Laurent Saïet apporte un caractère dramatique mais dynamique à cette narration émotionelle sombre.

En travaillant sur les rythmes de la danse scandés par la musique, ces gestes amples des bras et souples du corps tout entier m'ont évoqué les longs membres d'un pouple, animal aux multiples bras. Par cette duplication symétrique des corps, quelque chose d'un ordre rituel m'est venu à l'esprit, et à la suite des roues d'eau déployées, cette suite de danses m'ont semblé vouloir éveiller des profondeurs une présence aquatique. Ainsi la structure s'est révélée.

 
invoc1 danse
rouge sourire
 

Présentation du projet d'origine: Tempus Ajar

 

C’est un projet de quatre films sur l’espace et le temps, qui invite successivement les quatre éléments : l’eau, l’air, la terre, le feu. Chacun seront représentés par des corps ou des matières en mouvement.

J’aimerais évoquer une autre perception du temps, l’exprimer de manière graphique. Le film tentera d’échapper à la temporalité  et essayer de percevoir un état des choses global, par des sons, des rythmes, d’abord familiers puis qui inciteront à une perception plus sensible, en provoquant des ralentissements, des accélérations, quelque chose d’hypnotique.

Des volutes colorés évoluent sur fond noir. D’après les mouvements et les couleurs, on reconnaît peu à peu des poissons, aussi parce que certains ralentissent, apparaissent plus lisibles. Des plans plus rapprochés permettent de saisir la texture de leurs écailles, de leurs nageoires, délicates, furtives.
Un plan d’ensemble d’un grand aquarium nous laisse voir les étranges formes dessinées par les parcours chaotiques des poissons, virevoltant entre les décors de pierres et de coraux.

Un fondu au noir, on distingue sortant de l’obscurité des formes de couleur chair, toutes les étapes du mouvement bougent à l’intérieur des formes, par pulsations.
D’abord un plan large, où cette figure énigmatique nous intrigue, évoque quelque chose d’humain, mais encore indéfinissable. La musique, d’abord lente et envoûtante, nous emmène bientôt dans un rythme naissant.
Un plan plus rapproché nous montre les détails de la texture, proche de tons de peau. Pendant un ralentissement du mouvement, un visage se dessine, un instant immobile.
Un voile vient se placer devant, c’est un bras, le corps se tourne dans une spirale étrange.

Les figures dansées évoqueront la naissance, l’épanouissement, le conflit, le tourment, l’hésitation, la folie...

Intercalées avec les figures, une flamme dansante au ralenti laissera aussi ses marques incandescentes, ascendantes et descendantes.
La flamme éteinte, des volutes de fumée continuent d’évoluer, en filaments doux et lumineux, puis deviennent comme des filaments d’encre dans de l’eau. Le monde aquatique revient, parcouru par un poisson-ondulation.

 

 

 

Références visuelles

ref1

ref1
ref1 ref1